LES MULTIPLES VISAGES DE FRANCOIS MITTERRAND


 

Il y a 20 ans le 8 janvier 2016, un homme d`état et ancien chef d’état disparaissait à Paris le 8 janvier 1996, âgé de 80 ans. Il avait présidé aux destinées de la France pendant 14 ans du fait d`avoir rempli deux mandats présidentiels, (1981-1988 et 1988-1995).

Cet homme qui avait pour nom François Maurice Adrien Marie Mitterrand – car c`est de lui qu`il s`agit – a profondémment marqué son pays, tout comme il a marqué l`Afrique, continent avec lequel la France a toujours entretenu des relations privilégiées. Mais au fond, qui était François Mitterrand, sinon une personnalité qui bien que proche des français et du monde entier, reste tout de même un mystère difficile à percer – bref, un sphinx?

La Journaliste Enquêteuse Catherine Nay mène alors une enquête minutieuse et découvre en Mitterrand non pas une seule personnalité comme on devait s`y attendre, mais sept. Vingt ans après sa disparition, la personnalité de l`homme reste indiscernable, insaisissable, impénétrable, fugace et énigmatique.

 

L`ouvrage de Catherine Nay, Les Sept Mitterrand, paru en 1988 chez Grasset – soit au terme du premier septennat du président français, brosse le portrait d`un homme tantôt d`une idéologie inébranlable, d`engagements partisans profonds, et d`une obstination rigide et rigoureuse lorsqu`il s`agit de faire certains choix; et tantôt d`un homme opportuniste, voir egoïste, un homme qui sait se plier aux circonstances qui s`imposent et enfin un homme qui est en mesure de rebrousser chemin en fonction de la conjoncture.

Bref, aux yeux de Catherine Nay, François Mitterrand,  de par le comportement et les réactions qu`il affichent face à des circonstances et à des événements, incarne à la fois  Léon Blum (français d`origine juive et ancien premier ministre), Camille Chautemps (ancien Président du Conseil des Ministres Français), Ronald Reagan (ancien Président des Etats Unis), Charles de Gaulle (ancien Chef d`Etat Français), L`Empereur romain Auguste, et pour terminer, un “père de la nation” canonisé de son vivant, ou encore l`Arbitre (sifflet à la bouche) qui est censé jouer un rôle neutre dans le sens d`être intègre, consistant et au-dessus de tout soupçon. Mais joue-t-il vraiment ce rôle?

 

Notons en passant que pour donner de l`effet aux différentes appellations que l`auteure colle à Mitterrand, elle se livre à un jeu sur les mots qui est composé du prénom de François Mitterrand lié par un trait d`union au prénom de chacune des personnalités citées ci-haut, formant ainsi des noms composés. C`est ainsi que François Mitterrand devient Francois-Léon Blum, François-Ronald Reagan, et François-Charles de Gaulle, pour n`en citer que ceux-là.

0n le voit bien, le Mitterrand que nous présente Catherine Nay est un Mitterrand composite, disparate, mêlé, et peu homogène; et par conséquent, imprévisible, inattendu et déroutant. Cette inconstance de l`ancien président a donné naissance au vocable de “ninisme” qui est un néologisme que le dictionnaire en ligne Linternaute définit comme “utilisation contradictoire, dans une allocution, du “ni… ni…”, le terme moqueur, ayant été inventé par les éditorialistes en mars 1988 – à l’aube d’une nouvelle campagne présidentielle –, mais l’idée initiale (dialectique, voire politique) est de François Mitterrand…Il annonce, dans la foulée, qu’il n’entend pas se lancer `dans une bataille sur de nouvelles nationalisations`, mais qu’il souhaite en finir avec ‘la contagion des privatisations’ : ‘Ni l’une ni l’autre de ces réformes ne peut être d’actualité.`.”

Linternaute de poursuivre: Le phénomène du “ninisme” n`est nullement nouveau car il a comme précurseur, la “palinodie” qui toujours selon Linternaute, dans l`antiquité, “désignait un poème en contradiction avec celui précédemment déclamé. Depuis le XIXe siècle, le terme – employé au pluriel et surtout appliqué au discours des hommes politiques – signifie un `changement d’opinion`. En 1898, Octave Mirbeau signait une chronique dans L’Aurore intitulée “Palinodies”: `À aucune époque de mon existence, et même au plus de mes ‘palinodies’, je ne variai jamais sur la conviction où je suis de la prodigieuse stupidité de M. Henri Rochefort, et de sa canaillerie plus prodigieuse encore.” On peut donc conclure que le vocablee signifie l`inconstance, l`abandon, le lâchage, le volte-face et le retournement de veste, voire la déloyauté, l`infidélité et la trahison pure et simple.

Jugez plutôt! En l`espace de deux septennats – soit 14 ans plus ou moins – Mitterrand a nommé 7 premiers ministres; c`est-à-dire en moyenne un premier ministre tous les deux ans – ce qui est un peu trop. Il s`agit de Pierre Mauroy (1981-1984), Laurent Fabius (1984-1986), Jacques Chirac (1986-1988), Michel Rocard (1988-1991), Edith Cresson (1991-1992), Pierre Bérégovoy (1992-1993), et Edouard Balladur (1993-1995).

La fin du double septennat de François Mitterrand a été marquée par des révélations alarmantes sur son passé, lesquelles révélations ont éclaté après son décès. Jacques Attali qui fut son “Conseiller Spécial” a publié un livre intitulé Demain Qui Gouvernera le Monde, que la librairie en ligne Amazon, résume en ces termes: “Un jour l’humanité comprendra qu’elle a tout à gagner à se rassembler autour d’un gouvernement démocratique du monde, dépassant les intérêts des nations les plus puissantes, protégeant l’identité de chaque civilisation et gérant au mieux les intérêts de l’humanité.” L`on y voit l`implication de Mitterrand lorsque l`on comprend que le même type de gouvernement universaliste et futuriste est évoqué dans une interview donnée au magazine New Look par Ian Aywon( fondateur de PSY MUSIC, un art associant musique et spiritualité universelle) et  et que Aywon et Attali se côtoyaient.  Aywon va plus loin en laissant entendre que le livre de Dan Brown, Da Messie Code, vendu a plus de 82 millions d`exemplaires “avait pour mission secrète de médiatiser Paris, Le Louvre et La Pyramide edifiée par François Mitterrand que certains nommaient alors `le sphinx` ou le Florentin` (allusion au génial Machiavel né à Florence).” Nicolas Bonnal a aussi publié Mitterrand le Grand Initié, dans lequel il parle d`un nouveau monde de Mitterrand qui “intégrant symboles et éléments de croyance empruntés aux religions traditionnelles (nous conduisant jusqu`à l`Egypte pharaonique) élabore une sorte de religion de l’homme débarrassée de tout dogme”(synthèse d`Amazon). De même, le livre de François Malye et Benjamin Stora intitulé François Mitterrand et la Guerre d`Algérie  paru chez Calmann-Lévy en 2010 dévoile un passé de Mitterrand pendant lequel en sa qualité de Garde des Sceaux pendant la Guerre d`Algérie, il refuse la grâce de 45 combattants algériens qui seront par conséquent guillotinés.

De tous les scandales qui ont secoué la vie politique – voire la vie toute entière – de François Mitterrand, aucun n`aura selon toute vraisemblance été aussi fracassant, aussi retentissant et aussi houleux que celui touchant à ce qui a été appellé sa “double vie conjugale”. En effet, le président français menait deux vies conjugales, dont l`une avec Danielle Mitterrand, épouse légitime et Première Dame de France – et Anne Pingeot, fille d`un ami de province que ce dernier lui avait demandé de “chaperonner”(les propos du père)  lorsqu`elle était partie faire ses études à Paris. Malgré l`écart d`âge entre elle et le président – Mitterrand est son aïné de 27 ans – ils tombent amoureux l`un de l`autre et font un enfant qui prend le nom de Mazarine Pingeon. Chose intéressante, à la naissance de Mazarine, Mitterrand a déjà 58 ans. Autre fait marquant, Mazarine ressemble beaucoup plus physiquement à son père que les autres enfants que Mitterrand a faits avec Danielle. Pendant des années, Anne et Mazarine vivront à l`écart, en cachette, mais fréquentées en catinimi par Mitterrand.

Mazarine dira de cette douloureuse expérience dans son livre, Bouche Cousue, paru en 2005 chez Julliard: “Contrainte de me taire, de ne pas exister aux yeux des autres, de n`avoir pas de nom, de n`avoir pas de père, et pas même de père imaginaire puisque le vrai existe bel et bien, je le protège en taisant son identité.”

Loin de la France, la personnalité de François Mitterrand a aussi joué sur l`Afrique, car comme le Général Charles de Gaulle, Mitterrand a également marqué les relations entre la France et ce grand continent. Qui ne se souvient pas du fameux discours de La Baule (La Baule-Escoublac est une commune française dans le départment de La Loire-Atlantique en Région Pays de la Loire)? S`adressant à 37 Chef d`Etat et de gouvernement africains réunis à La Baule pour la 16e conférence des chefs d’État d’Afrique et de France en 1990 , Mitterrand lançe sur un ton défiant et ironique: “Le souffle de la démocratie fera le tour de la planète”. Il leur prône un système de gouvernement représentatif, une ouverture démocratique, la transparence, des élections libres et l`adoption du multipartisme, faute de quoi l`aide de la France en faveur de ces pays serait interrompue purement et simplement. Il s`agissait là de quoi mettre ses hôtes africains mal à l`aise, étant donné que bon nombre d`entre eux étaient au pouvoir depuis des décennies et selon toute vraisemblance n`avaient pas l`intention de passer la main.

L`histoire se souviendra sans doute du bras de fer engagé  entre le Président Français et son homologue burkinabé de l`époque le Capitaine Thomas Sankara – nous sommes en 1986 – lorsque de retour du Sommet France-Afrique de Lomé, Mitterrand attérit à Ouagadougou pour une visite de courtoisie. Au diner de gala qu`il offre à son hôte, Sankara écarte le discours convenu de bienvenue et se met à fustiger la France: ses relations avec les anciennes colonies, le colonialisme, l`apartheid, les relations nord-sud, la souffrance des palestiniens, etc. C`est une veritable levée de boucliers! La riposte de Mitterrand est une réplique cinglante improvisée dans laquelle il livre au jeune président burkinabé un cours de géopolitique à la fois ironique et franche.

Telle est la personnalité qui est analysée dans Les Sept Mitterrand de Catherine Nay. A y regarder de plus près, force est de constater que l`auteure de l`ouvrage est bien placée pour le faire. Journaliste de carrière, elle a roulé sa bosse dans un grand nombre d`organes de presse de marque français. Elle a fréquenté le milieu politique parisien et elle a côtoyé les grosses pointures du milieu politique français. Qui plus est, elle n`est nullement à son premier ouvrage politique, ayant à son actif, cinq autres. Déjà en 1984 elle avait publié un autre livre sur François Mitterrand, Le Noir et Le Rouge (Grasset) dans lequel elle s`attachait à percer la vérité du président dont la personnalité semblait échapper au peuple français. Ses autres livres sont La Double Méprise (Grasset 1980) dans lequel elle oppose Valery Giscard d`Estaing à Jacques Chirac, Le Dauphin et le Régent (Grasset 1994) qui porte sur Edouard Balladur et Jacques Chirac, Un Pouvoir Nommé Désir (Grasset 2007) dans lequel elle explore les origines de Nicolas Sarkozy, et L`Impétueux (Grasset 2012), ouvrage qui peint le portrait d`un Sarkozy redevenu candidat à son ancien poste de président de la République française. Les Sept Mitterrand est à lire à tout prix et par tous les moyens.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s